DIEU NE SE TROMPE JAMAIS


Voici une jolie histoire lue dernièrement :

Un roi qui ne croyait pas en la bonté de Dieu avait un esclave lequel, en toute circonstance, disait : « Mon roi, ne vous découragez pas car tout ce que Dieu fait est parfait : il ne se trompe jamais ! ».

Un jour, ils partirent à la chasse et, chemin faisant, le roi se fit attaquer par une bête féroce. Son esclave réussit  à tuer l’animal mais ne pu cependant empêcher le roi de perdre un doigt dans la bataille. Furieux, incapable de manifester une once de gratitude à l’endroit de son esclave qui l’avait sauvé, le noble s’exclama : « Dieu est-il bon ? S’il était bon, je n’aurais pas été attaqué et n’aurais pas perdu un doigt ! » L’esclave, une nouvelle fois, répondit seulement : « Mon roi, en dépit des circonstances, je peux vous garantir que Dieu est bon et qu’Il connaît le pourquoi de toute chose. Ce que Dieu fait est parfait. Il ne se trompe jamais ! » Indigné par cette réponse peu satisfaisante à ses yeux, le roi ordonna l’arrestation de son esclave et le fit mettre dans une geôle.

Quelques temps après, le roi partit à nouveau à la chasse. Mais cette fois-ci, il fut capturé par des hommes sauvages qui pratiquaient les sacrifices humains. Lorsqu’il se retrouva devant l’autel, prêt à être sacrifié, les nobles sauvages constatèrent qu’il lui manquait un doigt. Ils jugèrent qu’il n’était pas assez parfait pour être offert à Dieu et décidèrent de le relâcher.

De retour à son palais, le roi demanda la libération de son esclave qu’il s’empressa de traiter avec les plus grands égards. « Mon cher, dit-il à son esclave, Dieu a vraiment été bon pour moi ! J’ai failli être tué par les hommes sauvages mais ces derniers constatant l’absence d’un doigt décidèrent de me relâcher. J’ai quand même une question à te poser : si Dieu est si bon, pourquoi a-t-il permis que je te mette en prison ? « Mon roi, répondit l’esclave, si je vous avais accompagné à cette partie de chasse, j’aurais été sacrifié à votre place parce qu’il ne me manque aucun doigt »…

 

Intérieur d'église

coucher de soleil

Coucher de soleil à Sorrento, Italie

Les dix commandements

Magnifique oeuvre d’un sculpteur d’Archamps en Haute-Savoie

Publicités

MÊME TOI !


DSCN8575018

                                                                                                                                                                                                                                                                 « Tu ne me croiras peut-être pas mais tout ce qui existe sert à quelque chose. Prends cette pierre par exemple, n’importe laquelle. Elle sert à quelque chose. Même cette petite pierre. A quoi ? Je l’ignore. Si je le savais, je serais le Père Eternel. Il sait tout : le jour de ta naissance, celui de ta mort.

Non, j’ignore à quoi sert cette pierre mais elle sert à quelque chose. Sinon, tout est inutile ;  même les étoiles. C’est mon opinion.

Même toi… Même toi, tu sers à quelque chose avec ta tête d’artichaut ! »

FEDERICO FELLINI, La Strada (1954)

SOUS LE FIRMAMENT (CANTIQUE)


020Une pensée pour mon parrain, Jean-Baptiste LE BRETON, qui m’avait offert ce cantique qui va aujourd’hui m’aider à surmonter l’insurmontable. Veille sur moi de là-haut, toi qui croyais si fort en moi, en mes « dons cachés » ! Si demain ma vie doit changer du tout au tout, alors dis-moi que dans l’épreuve que je traverse, ce sera pour du meilleur !

 

 

 

 

Sous le firmament

Tout n’est que changement ;

TOUT PASSE.

Et quoi que l’homme fasse,

Ses jours s’en vont courant

Plus vite qu’un torrent

TOUT PASSE.

C’est la vérité :

Hormis l’éternité

TOUT PASSE.

Faisons valoir la grâce ;

Le temps est précieux,

Tandis que sous nos yeux

TOUT PASSE.

Les petits et les grands,

Les charges et les rangs,

TOUT PASSE.

Chacun prend une place,

Puis disparaît un jour :

Dans ce mortel séjour

TOUT PASSE.

Comme le vaisseau

Qui glisse au loin sur l’eau ;

TOUT PASSE.

Il n’en est plus de trace…

Ainsi vont les honneurs,

Les biens et les grandeurs,

TOUT PASSE.

Jeunesse et beauté,

Plaisir force et santé,

TOUT PASSE.

Tous se flétrit, s’efface,

Rien ne résiste au temps :

Comme une fleur des champs

TOUT PASSE.

Tel est notre sort :

Il faut que par la mort

TOUT PASSE.

Le juste qui trépasse

Peut dire avec bonheur :

Combat, chagrin, douleur,

TOUT PASSE.

Heureux le passant

Qui va toujours pensant :

TOUT PASSE.

Rien n’est plus efficace

Pour supporter nos maux

Que ces deux simples mots :

TOUT PASSE.

PERMETS QUE JE CHEMINE DANS LA BEAUTE (Chief yellow Lark, Lakota et tribu OJIBWA)



Voici une prière indienne que ma marraine, qui a la double nationalité franco-canadienne, a eu la gentillesse de m’offrir et que je m’empresse de partager avec vous tant c’est profondément poétique, plein de sagesse et spirituel.

PERMETS QUE JE CHEMINE DANS LA BEAUTE

Ô Grand Esprit,

dont j’entends la voix dans les vents

et dont le souffle donne vie au monde entier,

écoute-moi.

Je suis petit et faible.

J’ai besoin de ta force et de ta sagesse.

Permets que je chemine dans la beauté

et que mes yeux restent fixés sur les feux rouges

et pourpres du soleil couchant.

Donne à mes mains le respect des choses que tu as créées

et à mes oreilles une plus grande sensibilité au son de ta voix.

Donne-moi la sagesse

afin que je puisse comprendre les choses que tu as enseignées à mon peuple.

Permets que j’apprenne les leçons que tu as cachées

dans chaque feuille et chaque pierre.

J’aspire à être fort, non pour surpasser mon frère ou ma soeur,

mais pour lutter contre mon pire ennemi, moi-même.

Permets que je sois toujours prêt à venir à toi

avec les mains propres et l’oeil clair

de manière qu’au moment où ma vie déclinera comme le soleil au couchant,

mon esprit puisse venir à toi sans aucune honte.

Chief Yellow Lark, Lakota et tribu OJIBWA

ILE DE SEIN – IMPRESSIONS – ETE 2013 -NICOLAS DUMEZ


ILE DE SEIN – IMRESSIONS – ETE 2013 – Vidéo de Nicolas DUMEZ

 

Magnifique vidéo que je conseille à toutes celles et tous ceux qui aiment l’île de Sein ou qui veulent la découvrir.

A propos des artistes…


Here is what I read in « Art Monaco Magazine » a few weeks ago. It is as if it has been written for me…

Voici ce que j’ai lu il y a quelques temps dans « Art Monaco Magazine » et qui a suscité un écho en moi :

 

« Artists are accidents, breaks in the recentless continuity of reality. They stand up, look at the nature in front of them and turn back. The artist shouts with Camus, « I am rebel, so we are ». His imaginary is our existence. Often idealized, this position closer to the rope-dancer than the magician, is not really comfortable. The artists dry their brushes, their pens, their soldering irons, their hammers, their scissors or their lens in gaping wounds… » THOMAS LAPRAS

 

« Les artistes sont des accidents, des ruptures dans l’implacable continuité du réel. Ils se lèvent, regardent la nature en face et lui tournent le dos. L’artiste crie avec CAMUS : « Je me révolte, donc nous sommes ». Son imaginaire, c’est notre existence. Souvent idéalisée, cette position plus proche du funambule que du magicien, n’a rien de confortable. Les artistes trempent leurs pinceaux, leurs crayons, leurs fers à souder, leurs marteaux, leurs ciseaux ou leurs objectifs dans des plaies béantes… » THOMAS LAPRAS